Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Ecole Supérieure d'Ingénieurs en Matériaux/Développement durable et Informatique/Electronique

[INTERNATIONAL] Une année d’études d’ingénieur en Malaisie avec l’ESIREM, c’est possible !

esirem-international-malaisie-etudes-vignette

Pierre-Arnaud Burban, 23 ans et François Gineste, 21ans, tous deux issus de classe prépa TSI, sont les deux premiers élèves de l’ESIREM à profiter de la collaboration initiée avec l’Universiti Teknologi Petronas (UTP).

 

 

L’ESIREM offre la possibilité aux élèves ingénieurs du Département InfoTronique d’effectuer une année complète de formation à l’UTP, en lieu et place de leur seconde année de cycle ingénieur à l’ESIREM. Depuis octobre 2013, Pierre-Arnaud et François suivent donc les cours du Masters in Electrical Engineering et travaillent en parallèle dans une entreprise locale.

Ils seront bientôt rejoints par 2 étudiants Matériaux Développement Durable  et 4 étudiants InfoTronique qui effectueront leur stage de 4ème année à Petronas.

 

 

Pierre-Arnaud et François se prêtent au jeu du question-réponse... depuis la Malaisie

carte-postale-malaisie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Êtes-vous baroudeurs dans l’âme ?


Pierre-Arnaud : C’est ma première aventure d’expatrié car je ne suis jamais parti autrement qu’en tant que touriste.
François : J’ai déjà voyagé dans des pays très proches, Espagne, Angleterre et Irlande, chaque fois pour 1 ou 2 semaines mais jamais vécu ou voyagé dans un pays si loin.

 

 

Pourquoi avoir choisi de faire une année complète à l’étranger plutôt qu’un stage ?


Pierre-Arnaud : C’est une formidable expérience de découvrir un autre point de vue sur mon domaine d’étude (l’InfoTronique). Je peux voir une autre façon d’aborder le travail en entreprise, j’améliore mon anglais et ça me permet de me rendre « adaptable ».
François : Tout d’abord j’y ai vu l’opportunité de développer des compétences linguistiques et d’avoir une expérience professionnelle plus longue que le stage de 4A, et dans une entreprise de renom (Intel). Et puis, être en alternance est pour moi le « must have » des études. Ce programme est de mon point de vue une grande avancée pour l’ESIREM en matière de diversité de parcours scolaire.

 

 

Quel a été le sentiment dominant les deux premières semaines ?

 

Pierre-Arnaud : Pour ma part j’étais complètement perdu, impossible de comprendre pourquoi il n’y avait pas d’eau chaude dans les douches du campus de l’UTP, et puis notre arrivée en pleine période de mousson n’a pas arrangé les choses, mais c’est une toute autre façon de vivre. Et lorsqu’il fait 35 degrés dehors, la douche n’est plus un problème :) Finalement l'excitation reprend le dessus très rapidement et puis le coordinateur de l’échange côté Malaisien (Dr. Naufal Saad) nous a beaucoup aidé dès notre arrivée.
François : Comme dirait le Président « Le changement, c’est maintenant » et pour le coup, il n’a pas tort ! Le climat, la nourriture, les malaisiens, la langue et la culture ne sont pas simplement différentes de celles que l’on a en France, tout est complètement nouveau. Je me suis senti perdu devant toutes ces choses que je ne connaissais pas.

 

 

Quelles sont les difficultés rencontrées ? Et avez-vous réussi à les surmonter ?


Pierre-Arnaud : La première difficulté et la plus évidente, c’est l’anglais, mais il suffit de s’immerger complètement pour ne plus avoir de soucis, du moins pour le parler! La compréhension reste difficile mais pas insurmontable. Vient ensuite le format des cours, car c’est très compliqué de suivre 8h de cours exclusivement en anglais. Et puis il ne faut pas se laisser déborder par le travail, bosser régulièrement. En revanche pour les épices, je n’ai toujours pas surmonté cette épreuve !
François : Nous avons eu pas mal de difficultés pour acquérir des informations concernant par exemple les cours et les activités extra-scolaires à l’UTP ou la recherche d’une voiture ou d’un appartement. De plus, certaines habitudes de vie sont implicites pour les locaux. Par exemple pour la religion Musulmane, très présente en Malaisie et que l’on côtoie moins en France. Nous sommes donc passés par un stade d’observation puis d’adaptation à ces nouvelles coutumes.

 

 


Le meilleur souvenir de cette aventure ?


Pierre-Arnaud : Tomber en panne à 1h du matin lorsqu’on était à 4h de route de l’UTP. C’était marrant !
François : La visite de Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie, est pour l’instant le plus beau souvenir que j’ai. Mais je compte bien en avoir des meilleurs avant de repartir en France !

 

 

Avez-vous le temps de découvrir la Malaisie ?

 

Pierre-Arnaud : Il faut se rendre à l’évidence, l’alternance entre les cours et le stage laisse peu de temps pour se reposer ou pour visiter, mais comme vous pourrez le voir dans le blog, on arrive quand même à faire des choses.
François : Nous n’avons eu le temps de découvrir qu’une partie de la Malaisie malheureusement …

 

 

Que pensez-vous de l’université de Petronas et des cours ?


Pierre-Arnaud : C'est une grande université qui organise beaucoup d'évènements très intéressants, qui propose beaucoup d'activités sur le campus et qui a pas mal d'équipements sportifs. Les cours sont bien menés par certains profs, d'autres moins, mais en général on retrouve les connaissances propres à notre domaine de compétences et c’est intéressant d’apprendre le vocabulaire technique en anglais. Et pour le choix des cours fait par M. Marquié et M. Naufal Saad, ils sont tous dans la continuité de notre programme et sont intéressants. Le premier semestre commence avec des cours plutôt avancés : à nous de ne pas lâcher dès le début.
François : L’UTP possède un très grand campus, avec beaucoup de possibilités d’activités, et des bonnes salles de cours et des salles TP bien équipées. C’est un très bon environnement pour étudier. Par rapport aux cours, c’est assez similaire car on retrouve les CM, TD à la maison et TP. Ils ajoutent aussi parfois un projet à faire, un peu plus souvent qu’en France de mon point de vue. Les profs sont très pédagogues et pour la plupart très compréhensibles (sans accent). Le contenu est aussi intéressant et très semblable à ce qu’on aurait eu en 4A.

 

 

Que vous apporte cette expérience d’un point de vue personnel et professionnel ?   


Pierre-Arnaud : Pour le coté professionnel on découvre le monde de l'entreprise dans un univers asiatique, ce qui n'a totalement rien à voir avec la France. On apprend à se débrouiller par soi-même, du coup on a les clefs pour comprendre le monde entrepreneurial Malaisien, et ça nous donne un avantage pour communiquer avec eux. Pour le côté personnel c'est la même chose, on se débrouille par soi-même et on apprend à s'adapter : l’absence totale de nourriture à base de porc qui manque vraiment par exemple.
François : La découverte d’un nouveau pays et surtout d’une nouvelle culture est très instructive par rapport à notre façon de vivre et de penser. Livrés à nous-même dans un pays sans (ou très peu) d’aide est aussi une expérience forte d’enseignement sur le fait de se gérer soi-même ou de s’organiser. C’est aussi une première expérience professionnelle, du moins en tant qu’ingénieur, j’apprends donc énormément de choses, d’autant que je suis dans une entreprise américaine qui fait face à cette nouvelle culture (cela fait plus de 20 ans qu’ils sont implantés donc ils n’ont actuellement pas de problème).

 

 

Est-ce qu’après cette expérience vous envisagez une partie de votre carrière à l’étranger ?    


Pierre-Arnaud : Plutôt des voyages professionnels de plusieurs mois que plusieurs années à l'étranger pour un poste spécifique.
François : Un peu plus qu’avant !

 

 

Quelques conseils pour les prochains élèves qui voudraient partir ?


Pierre-Arnaud : Prenez du papier toilette!
François : C’est une très bonne expérience mais qui requière beaucoup d’investissement par rapport à l’intensité cours/travail (7 jours sur 7), pas mal de capacité d’adaptation et un bon niveau d’anglais. Donc si vous n’avez pas peur d’avoir chaud, de conduire à gauche ou de manger tout le temps du riz et du poulet, n’hésitez plus !  

 

 

Des choses à ajouter ?


Pierre-Arnaud : On ne va peut-être pas avoir le temps de se croiser avec les chanceux qui partent en Malaisie l'année prochaine, mais qu’ils sachent que je reste à leur disposition par mail ou par Skype pour toutes questions. Et si cela les intéresse, nous pouvons nous arranger pour qu’ils aient une voiture et un appart à leur arrivée sur Penang. Je remercie M. Marquié et M. Naufal Saad qui ont permis cet échange, c’est une très grande opportunité qu’ils nous offrent là.
François : Je n’avais pas vraiment pensé à voyager ou partir à l’étranger mis à part des voyages linguistiques ou touristiques. Bien que très curieux de nature, je ne pensais que s’immerger dans une culture complètement différente de la nôtre était une expérience si instructive. On n’est jamais vraiment préparé à un tel changement, mais avec le temps, on arrive à en faire son quotidien.

 

 

Une expérience qu’ils partagent sur leur blog et en vidéo

Le blog : http://2esiremiens-en-malaisie.blogspot.com

 

Suivez-nous : Suivez nous sur Facebook Suivez nous sur Twitter  

L'actualité d'uB-link

Inscriptions

Lycéens, inscrivez-vous à l'ESIREM

Inscriptions en ligne

Agenda de l'uB

Impossible de charger la cartographie.

Espace lycéens

site lyceens - universite de Bourgogne

 

L'uB en images

Vous devez installer le lecteur FlashPlayer pour accéder à cette page !

Actus vie étudiante

Fil d'actualité introuvable

Actus de l'uB

Fil d'actualité introuvable
Université de Bourgogne